Une fois tous les deux ans au mois de juin, une grande et belle fête médiévale voit le jour à Mâlain, un petit village de Bourgogne, non loin de Dijon. Ce village accueille une myriade d’artistes et d’artisans, de comédiens et de musiciens sortis tout droit d’un imaginaire étincelant… ou bien se pourrait-il qu’au milieu de tous ces déguisements de vrais êtres magiques se soient glissés ??

Viens je t’emmène faire un tour dans cette belle ambiance

Nous pendant ce temps, on a installé notre petite cabane féérique, au milieu de toutes ces âmes joyeuses et colorées. Sorciers et sorcières viennent nous visiter et nous échangeons des conversations improbables ensemble.

A ce sujet, connais-tu l’histoire de ce village et pourquoi on y célébre cette fête aux sorcières ?

Ecoute donc. Nous sommes en 1644, sous le règne de Louis XIV (de Mazarin ajouteraient d’autres). Nous sommes surtout au point culminant de la chasse aux sorcières, celle qui embrase l’Europe entière.

Cette année-là, les récoltes sont mauvaises. À une période où seul le surnaturel explique le monde, il faut désigner des coupables. Et dans le cas présent, une âme « charitable » s’est dévouée. Un certain François Musnier, domestique d’un laboureur et originaire de Champagne-sur-Vingeanne, persuade les habitants que sorciers et sorcières sont responsables des mauvaises récoltes.

Le sabbat, présidé par le diable, se tiendrait tous les samedis, à minuit, soit sur le Mont-Chauvin, soit au Paquier, entre le village et Baulme-la-Roche. Les participants s’enduiraient le corps d’un onguent fabriqué avec les membres et la chair de jeunes enfants morts sans avoir reçus le baptême.

Les convives seraient servis par une chouette géante qui bat des ailes pour les rafraîchir… En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, une partie du village de Mâlain s’empare de quatorze habitants du bourg et des environs et les soumet à l’épreuve de l’eau ou supplice de la baignade.

De péripétie en péripétie des « coupables » sont bannis ou exécutés. La folie humaine n’a d’égale que son imagination.

Heureusement de nos jours, ce sont de charmantes personnes que nous rencontrons.

Et comme si nous ne pouvions faire autrement qu’être dans l’ambince du début à la fin, nous avons eu la chance de nous voir prêter une roulotte pour passer la nuit. Que dis-je les deux nuits de ce grand et beau week-end.

A notre retour, l’ambiance est toujours aussi festive, espiègle et joviale. Nous rencontrons les Êtres du Petit Peuple qui, pour l’occasion ont revêtu des habits de géants. Et puis bien sûr, les copains viennent faire un coucou et je rencontre de très belles instagrameuses s’attardant sur notre stand. C’est la consécration ! Je prends un plaisir immense à parler « en vrai » à ces femmes qui nous font partager elles aussi chaque jour leur univers merveilleux et mirifique.

Aussi n’hésite pas à aller les voir :

https://www.instagram.com/grimoiredetoiles/?hl=fr

https://www.instagram.com/fillesdelalunecreation/?hl=fr

Autant te dire que le rempilage du stand et la route pour retourner dans notre petite maison du Bois des Chaumes nous a bien éprouvés mais le jeu en valait la chandelle ! Ce fût un week-end riche de rencontres, d’émerveillement et magie.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *