Le Grenat

Un beau jour, sur la planète Terre, un groupe de femmes s’éveilla en pleine forêt. Elles se regardèrent, étonnées. Aucune ne savait pourquoi elles se trouvaient là ni comment elles étaient arrivées au milieu de ces beaux arbres majestueux. Mais au fond d’elles-mêmes, elles étaient sereines, prêtent à écouter  et à cueillir les fleurs de la vie…

 

Au milieu de toute cette paix, Alexine pleurait en silence. Belloa vient s’asseoir à ses côtés. Elle connaissait ses tourments. Alexine voulait retrouver son pendentif si cher à son cœur mais celui-ci était tombé dans le lac étoilé. Depuis lors, elle n’avait eu de cesse d’arpenter les fonds de ce lac mais elle ne parvenait pas à le repérer.

Assise sur le ponton, Belloa caressait les brins d’herbes encore fluorescents du printemps à côté d’elle. Puis, le regard perdu dans les eaux du lac elle s’exprima d’une voie douce ;

« Je me souviens de cet Être absolument incroyable. Son courage et sa persévérance n’avait d’égaux que sa motivation sans faille. Pourquoi se relevait-il encore ? Pourtant il avait déjà essayé plus de mille fois mais aucune de ses tentatives n’avaient été couronnées de succès. Néanmoins quelque chose en lui le poussait à recommencer, comme s’il savait qu’il allait réussir. Une sorte d’enthousiasme inné lui donnait des ailes et assez étrangement, les siens autour de lui l’encourageaient également. Eux aussi étaient persuadés qu’il allait y arriver. Et un beau matin, un sourire magnifique aux lèvres, il se leva, posa un premier pied, puis un deuxième au sol, prit une impulsion et utilisa tous les muscles de ses cuisses et enfin, enfin il marcha.

Cet Être petite sœur, c’était toi. C’était toi, qui jamais ne baissas les bras. Tu n’étais pas plus haute que deux coccinelles réunies et pourtant tu as décidé que tu marcherais, coûte que coûte. Jamais tu n’auras essuyé autant d’échecs que lorsque tu apprenais à marcher mais jamais tu n’auras fait preuve d’autant de courage et de persévérance.

Souviens-toi de cela. Et si tu veux être aidée demande à Mère Nature, elle placera à coup sûr une pierre Grenat sur ton chemin. Celle-ci te permettra de ressentir au plus profond de toi les forces de la Terre, ce qui te donneras ainsi de l’énergie, de la force, de la persévérance et du courage face à n’importe quel défi ».

 

Alexine se sentit soudain mieux. Elle comprit qu’elle était capable de tout et elle comprit aussi que la nature était là pour la soutenir si elle en ressentait le besoin. Forte du grenat que Belloa lui avait mis dans la main, elle plongea de nouveau. Mais elle ne plongea pas pour retrouver son pendentif non, elle plongea pour sentir toute la puissance qui émanait de son Être, un large sourire lui éclairant le visage. Belloa ne resta pas pour savoir si Alexine avait retrouvé son pendentif mais elle savait déjà qu’elle avait retrouvé sa ferveur en la vie et en elle-même et c’était tout ce qui importait.